Les travaux de vie pratique

A l’aide d’objets de son quotidien, l’enfant devient autonome, capable de concentration et précis dans son geste.

 

maternelle2014-0050

A trois ans il commence par ouvrir et fermer des flacons, visser et dévisser, se servir d’une éponge, transvaser des graines, du sable puis de l’eau, découper sur un trait, boutonner et déboutonner, poinçonner, cirer des chaussures, se déplacer sans faire de bruit, porter une chaise ou une table et beaucoup d’autre choses…
Puis il perfectionne ses gestes et sa logique jusqu’à pouvoir laver une table, sa classe, faire un bouquet, nettoyer des cuivres, coudre, s’occuper des plantes vertes, éplucher des pommes, des carottes, se faire seul des jus de fruits…
L’éducatrice présente d’abord le matériel et la façon de s’en servir et ensuite l’enfant reproduit ce qu’il a vu. L’enfant observe et reproduit ensuite jusqu’à y arriver parfaitement ce qui nécessite souvent de nombreuses répétitions.

 

Ce n’est pas du temps perdu et on ne peut en faire l’économie: ces exercices permettent la maturation du système nerveux pour que les yeux et les mains se coordonnent et qu’ensuite l’écriture devienne possible. Ils leur apprennent aussi à se concentrer longtemps sur un même travail. En effet Maria Montessori a découvert que l’enfant traverse différentes périodes, dites périodes sensibles, durant lesquelles son intérêt le porte toujours vers les mêmes exercices; ils les pratiquent encore et encore jusqu’à vraiment les maîtriser et avoir assimilé les acquisitions qui y correspondent.

Comments are closed.